Zoom sur la réforme pédagogique 2011


« Notre réforme pédagogique vise à mieux former les pilotes du changement »
Hervé Gasiglia, Directeur de l’ESC Toulouse

À travers la réforme pédagogique qui va entrer en vigueur à la rentrée 2011, Hervé Gasiglia souhaite mettre l’accent sur l’internationalisation, la professionnalisation et l’entrepreneuriat.

Plus de deux années de travail ont été nécessaires pour réaliser cette transformation du cursus.

Interview de Hervé Gasiglia :

Pourquoi l’ESC Toulouse se lance dans cette réforme ?
Voilà plus de dix ans que notre programme Grande École a été conçu. La réforme va donc permettre de simplifier le parcours tout en renforçant son efficience et la qualité de son contenu. Elle permet notamment d’intégrer officiellement le semestre académique que l’étudiant doit passer à l’étranger, soit sur le site de Barcelone, soit en université partenaire. Surtout, elle nous donne l’occasion de rendre notre formation à la fois plus lisible et visible au niveau international. Une donnée capitale dans le contexte actuel de mondialisation.

Quels sont les autres atouts du programme réformé ?
Tout d’abord, une certaine homogénéisation de la formation. Quelle que soit leur origine, tous les étudiants bénéficieront du tronc commun dispensé par Toulouse Business School. Ils passeront en effet leur M1 à l’Ecole, soit sur le campus de Toulouse, soit sur celui de Barcelone, et ne partiront en université partenaire qu’après cette période. Autre nouveauté : permettre aux étudiants d’aller à leur rythme, et comme je l’ai déjà indiqué, de réaliser jusqu’à 26 mois de stages en entreprise. Bien d’autres points de la réforme pourraient être développés mais in fine, ils convergent tous vers le même but : créer plus de valeur pour les étudiants.

Quel est le fil directeur de la réforme proposée ?
Il colle à notre philosophie, à savoir former des pilotes du changement qui soient en prise avec les attentes des entreprises et capables de s’adapter rapidement aux évolutions de la société. C’est notre objectif depuis quelques années, mais la réforme du programme nous donne l’occasion de renforcer cette vocation qui est la nôtre. Les entreprises n’attendent pas que nous leur fournissions des dirigeants formatés, mais au contraire des salariés qui aient envie d’avancer, avec un goût prononcé pour l’innovation, capables de motiver et d’entraîner leurs collaborateurs. Des personnels engagés, qui soient force de proposition pour les entreprises.

Quels changements vont être apportés au cursus ?
Premier point : l’accroissement du temps passé en entreprise. Le stage de première année va passer de 3 à 6 mois. Les étudiants pourront rester de 12 à 26 mois en entreprise au cours de leur scolarité, contre 3 à 21 mois actuellement. Cela constitue un progrès indéniable en vue de leur insertion future sur le marché du travail. Le nombre d’heures de cours va en effet augmenter et nous allons maintenir notre pédagogie en petits groupes d’une trentaine d’étudiants. Nous sommes l’une des rares écoles françaises à dispenser des cours en effectifs réduits. Nous allons également proposer des cours de soutien aux élèves de première année en difficulté et mettre en place des cours de chinois optionnels pour répondre à la forte demande des étudiants en ce sens.

FacebookTwitterLinkedInEmailPinterest